Welcome

English version

Welcome to our project website. A map, to explain our collective project.

The famous world map designed in 1566 by the Norman hydrographer Nicolas de Desliens, from Dieppe School of Cartography.

The audacity of Deslien to cartography the colonial world by putting what we now call « the South » on the top, and the « North » on the bottom, is quite anachronic. It is also the reflection of all the ambivalences of the concept of development.

First, it is a colonial map in which the Dieppe cartographer seeks to scrupulously represent with symbols and flags the wideness of French possessions in comparison to the other great powers of that time, especially Portuguese, Spanish, and Ottoman.

Thus, its first aim seems to be propagandist. But then, a second appropriation and inscription on a board that we could call, not without reservation, « post colonial », would consist to see it as a reversal of our imagination, where we always put the North on the « top » and the South on the « bottom » when it is not even explained except by the normalisation of our prejudices about the arrangement of « North/South » relations, « developped/developping » etc, that we precisely try to identify in our programme.

Finally, it surprinsigly shows this « power reversal » operating today. But it also shows how much development and the « development ladder» express a legal and intellectual structure that will always stay symbolically labelling, at the whim of the economonic powers of each of them, there will always be winners who will find themselves at the « top » of the ladder and losers at the « bottom ».

According to the project designers, the solution can only be the arrangement of a fair and sustainable system that will break all slighting comparative concept, and replace States, peoples and individuals on a fair stand and give back to development law its effectiveness for the reinstatement of an equal dignity between States, peoples and individuals.

Version française

Bienvenue dans le programme. Une carte pour expliquer notre projet collectif.

La célèbre mappemonde produite en 1566 par l’hydrographe normand Nicolas de Desliens, de l’école cartographique de Dieppe.

L’audace de Deslien de cartographier le monde colonial ne reproduisant ce qu’il est convenu désormais d’appeler le « Sud » en haut et le « Nord » en bas peut inviter à l’anachronisme. Elle est aussi le reflet de toutes les ambivalences liées au concept même de développement.

D’abord, Il s’agit bien d’une carte coloniale où le cartographe de Dieppe cherche à représenter scrupuleusement par des symboles et pavillons l’étendue des possessions coloniales françaises vis-à-vis des autres puissances de l’époque, notamment portugaises, espagnoles et ottomanes. Sa vocation première semble donc bien être propagandiste. Mais, ensuite, une deuxième appropriation et inscription sur un tableau que l’on pourrait appeler, non sans quelques réserves, « postcoloniale » consisterait à y voir un renversement de notre imaginaire où l’on place toujours le Nord en « haut » et le Sud en « bas » sans que cela puisse se justifier si ce n’est par l’effet normalisateur de nos préjugés par rapport à l’ordonnancement des rapports « Nord/Sud », « développés/en voie de développement » etc que nous cherchons précisément à débusquer dans notre programme. Enfin, elle traduit étonnement ce « renversement de la puissance » qui est peut-être en train de s’opérer aujourd’hui. Mais elle montre alors aussi combien le développement et « l’échelle du développement » traduisent une structure juridique et intellectuelle qui restera toujours symboliquement stigmatisante, suivant qu’au gré des évolutions des économies des uns et des autres, il y aura des toujours des « gagnants » qui se retrouveront en « haut » de l’échelle et des « perdants » qui se retrouveront « en bas ».

Selon les concepteurs du projet, la solution ne peut être que la mise en place d’un système équitable et durable qui brise toute idée d’échelle comparative dévalorisante, qui resitue les Etats, les peuples, les individus, sur un plan d’équité et redonne ainsi au droit du développement son effectivité au service du rétablissement d’une égale dignité entre Etats, peuples et individus.

Español

El célebre mapamundi producido en 1566 por el hidrógrafo normando Nicolas de Desliens, de la escuela cartográfica de Dieppe.

La audacia de Deslien de cartografiar el mundo colonial reproduciendo lo que ahora se llama el “Sur” en la parte superior y el “Norte” en la parte inferior puede invitar al anacronismo. Es también el reflejo de todas las ambivalencias vinculadas al concepto mismo de desarrollo. Primero, se trata sin duda de un mapa colonial en el que el cartógrafo Dieppe pretende representar escrupulosamente mediante símbolos y banderas la extensión de las posesiones coloniales francesas frente a otras potencias de la época, principalmente portuguesas, españolas y otomanas. Su vocación principal parece ser entonces propagandística. Pero, una segunda apropiación e inscripción del mapa que podríamos llamar, no sin algunas reservas “postcolonial”, consistiría a ver allí una inversión de nuestro imaginario que siempre sitúa el Norte “arriba” y el Sur “abajo” a pesar de que esto solo se puede justificar por el efecto normalizador de nuestros prejuicios en relación con el orden de las relaciones “Norte/Sur”, “desarrollados/en vías de desarrollo” etc., aspectos que justamente queremos desentrañar en nuestro programa. Finalmente, traduce asombrosamente esa “inversión de poder” que puede estar ocurriendo hoy. Pero con ello muestra también a qué punto el desarrollo y la “escala de desarrollo” traducen una estructura jurídica e intelectual que será siempre simbólicamente estigmatizadora, en la que se siguen solamente las evoluciones económicas de unos y otros. Siempre habrá “ganadores” que se encontrarán “arriba” de la escala y “perdedores” que en encontrarán “abajo”. Para los creadores del proyecto, la solución no puede ser sino la instauración de un sistema equitativo y duradero que quiebre toda idea de escala comparativa desvalorizante, que resitúe los Estados, los pueblos y los individuos en un plano de equidad y vuelva a otorgar así al derecho de desarrollo su efectividad al servicio del restablecimiento de una dignidad igual entre Estados, pueblos e individuos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s