Conférence d’Addis-Abeba

A Addis Abeba, l’ONU parvient à un accord sur le financement du développement
Cette décision marque la première étape d’une année 2015 forte de trois moments décisifs : le financement du développement à Addis-Abeba, la mise en œuvre des 17 Objectifs de développement durable (les ODD, qui prennent pour la période 2015-2030 le relais des Objectifs du millénaire ou OMD, adoptés en 2000) lors du prochain sommet des Nations unies à New York en septembre et la signature à Paris d’un accord universel pour contenir le réchauffement sous la barre des 2°C, durant la COP21, en décembre.
*****
Financer le développement, c’est investir dans l’avenir
« La 3e Conférence internationale sur le financement du développement s’est terminée mercredi 15 juillet à Addis Abeba. […] Ce que l’on retiendra de cette conférence ? Que chacun a fait le choix de ne surtout pas s’engager plus loin sur les financements. Cette conférence était un rendez-vous attendu : force est de constater que c’est un rendez-vous manqué. L’accord est une déclaration d’intention plus qu’un plan d’action pour financer le développement. Toutes les cibles en termes de mobilisation de financements publics qu’elles soient nationales, internationales, relatives aux financements innovants ont été vidées de leur substance, quand elles n’ont pas totalement disparues du texte. »
*****
Aide au développement : quels pays ont tenu leurs promesses ?
Lors de la 1ère Conférence internationale sur le finalement du développement, organisée à Monterrey au Mexique en 2002 , les pays développés se sont engagés à consacrer 0,7 % de leur Revenu national brut à l’aide au développement, dont au moins 0,15-0,2 % aux 48 pays les moins avancés (PMA) dont 34 se trouvent en Afrique. Plus d’une décennie après cette promesse, […] l’analyse des politiques d’aide des pays développés, notamment celle des membres du G7 et des 34 États de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) rappelle l’écart important entre leurs engagements et la réalité. »
*****
Document final de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement : Programme d’action d’Addis-Abeba
« La 3e Conférence internationale pour le financement du développement s’est tenue du 3 au 16 juillet 2015 à Addis-Abeba. Il s’agissait d’une étape essentielle en vue des échéances du processus de l’après 2015 : le sommet des Nations unies en septembre sur les Objectifs de développement durable et les négociations climatiques à Paris en décembre. Mais, selon de nombreuses organisations de la société civile, la déclaration d’Addis-Abeba constitue un recul par rapport aux engagements des deux précédentes conférences sur le financement du développement (Monterrey et Doha). En particulier, la création d’un organisme international de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale souhaité par les pays en développement, n’a pas été décidée. »
*****
« Développement : Nord et Sud exposent leurs désaccords à Addis-Abeba », Le Monde économie (13 juillet 2015).
La troisième Conférence internationale sur le financement du développement s’ouvre, lundi 13 juillet à Addis-Abeba, la capitale de l’Ethiopie, en l’absence d’accord préalable sur le projet de déclaration finale. Les discussions préparatoires ont achoppé sur l’opportunité de créer un organisme fiscal intergouvernemental, sur la responsabilité des pays du Nord dans le réchauffement climatique ou encore sur la part du secteur privé dans le financement du développement.
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s