Justice / Injustice globale – Français

Justice / Injustice globale – Développement, Droits humains et Droit de la Reconnaissance : approches critiques et renouvelées

Ce programme est né de la rencontre, à l’Académie de droit international de La Haye, de la Professeure E. Tourme Jouannet et d’un groupe d’étudiants assistant à son cours durant l’été 2014. L’enthousiasme partagé entre Mme Tourme Jouannet et les étudiants pour les thèmes développés dans son cours a débouché sur l’idée de former un groupe qui permettrait de continuer à réfléchir en ce sens. Les professeures Sundhya Pahuja et Albane Geslin ont par la suite rejoint le « groupe de La Haye » ainsi que d’autres personnes venant également du monde entier.

Ce programme vise à promouvoir dans une approche interdisciplinaire, critique et renouvelée des études concernant la justice globale et plus particulièrement les trois piliers juridiques qui semblent la constituer aujourd’hui : le développement, les droits humains et le récent « droit de la reconnaissance ».

Depuis la formation de l’ordre juridique international contemporain à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les questions du bien-être humain et de l’atténuation des souffrances ont été en général analysées sous l’angle du développement, et plus récemment, des droits humains. Les fondements philosophiques de ces engagements proviennent souvent de divers courants de la pensée cosmopolitique, plus ou moins complices avec l’universalisation de l’internationalisme post-colonial, et plus ou moins européocentrique. Les résultats furent à tout le moins ambigus et demandent à être interrogés de façon collective et approfondie. Le besoin de les reconsidérer de façon critique, et de ré-imaginer les possibilités de se rencontrer, se reconnaître et de s’accorder dignité les uns aux autres dans un monde de différence radicale, est indéniablement devenu urgent depuis « l’universalisation » du droit international.

Ce programme trilingue poursuit trois objectifs :

1) Encourager la réflexion critique, interdisciplinaire et renouvelée des relations entre droit international, (in)justice globale, (in)égalité, distribution et bien-être humain, égale dignité et différence culturelle ; et donc de s’interroger plus précisément sur les trois branches du droit qui composent ce programme : le droit du développement, les droits humains et le droit de la reconnaissance.

2) Permettre d’établir des liens entre universitaires (mais également praticiens ou militants), à tous les stades de leur carrière, francophones, anglophones voire hispanophones, pour faciliter les débats, le partage d’informations, l’annonce d’événements, de publications et des projets. Le programme offrira une plate-forme institutionnelle à tous les chercheurs, praticiens et autres professionnels intéressés et désirant élaborer ou s’associer à des projets centrés sur des approches hétérodoxes de la question de l’(in)justice globale.

3) Contribuer de façon active à transcrire cette approche renouvelée au plan normatif et institutionnel du droit international, approche qui a pour ambition de renforcer l’égalité sociale et économique des personnes, leur dignité et le respect de leurs différences culturelles.